Béatrice Haag

Construire

Regarder la peinture de Béatrice Haag questionne le geste d’origine. Celui-ci disparaissait quand on avait réduit le tableau à la vision d’une réalité fuyante. Ici, il y a des empreintes, des coups, des gouffres, des ligatures, des morsures, des caresses, des secrets derrière les grilles, des douleurs, des sonorités et des lumières ; pas de sang. Et une foule de signes qui seraient parasites s’ils n’allaient relancer notre voyage visuel.

Florian Corbier

Partagez